Artiste associé du CCN2 Grenoble En résidence du 9 au 20 avril

En résidence du 09 au 20 avril
Démo
jeudi 19 avril 19:30


Inspirée par le film de Samuel Fuller White Dog, Latifa Laâbissi interroge la tentation qui nous conduit à considérer l’autre comme un ennemi.

— 
Latifa Laâbissi
Mêlant les genres, redéfinissant les formats, les créations de Latifa Laâbissi font entrer sur scène un hors-champ multiple où se découpent des figures et des voix. La mise en jeu de la voix et du visage comme véhicule d'états minoritaires devient indissociable de l’acte dansé dans Self portrait camouflage (2006) et Loredreamsong (2010). Poursuivant sa réflexion autour de l’archive, elle crée Ecran somnambule et La part du rite (2012) autour de la danse allemande des années 20. Sa dernière création, Pourvu qu’on ait l’ivresse (2016), co-signée avec la scénographe Nadia Lauro, produit des visions, des paysages, des images où se côtoient l’excès, le monstrueux, le beau, l’aléatoire, le comique et l’effroi.  
Depuis 2011, Latifa Laâbissi assure la direction artistique d’Extension sauvage, programme artistique et pédagogique en milieu rural (Bretagne). Jusqu’en 2019, Latifa Laâbissi est artiste associée au CCN2 – Centre Chorégraphique National de Grenoble et au Triangle – Cité de la danse de Rennes.