"La classe danse"

Projet de découverte de la danse pour 4 classes de 2 écoles de Rillieux

Dans le cadre du PTEAC* - dominante danse, coordonné par le Lycée Albert Camus de Rillieux-la-Pape, le CCNR propose le projet de « la classe danse », une découverte de l’art chorégraphique pour les enfants des écoles primaires de Rillieux-la-Pape. 
La coordination générale de ce projet est assurée par le CCNR en étroite concertation avec l’IEN de circonscription et la direction chorégraphique par nos collaboratrices Bérengère Valour et Sidonie Duret, danseuses et chorégraphes. 

Les contenus et le programme sont travaillés en étroite concertation et collaboration avec les équipes pédagogiques des 2 écoles et se compose de :   
- 5 heures d’ateliers de danse (par classe) dirigés par l’artiste
- 1 visite guidée du CCNR
 - le spectacle PlayBach au CCNR le 11, le 13 ou le 14 avril 2017 à 14h30

Dans les ateliers de pratiques, les artistes partent des fondamentaux de la danse : l’espace, l’énergie, le temps, le rapport à l’autre…  
Puis, sous forme de jeux d’exploration (seul et en groupe), les enfants travaillent autour de la construction et l’écriture du mouvement avec leur corps puis explorent et questionnent la relation à l’autre et leur place dans le groupe. Les enseignants continuent ensuite le travail en classe lors d’atelier graphique ou d’écriture basés sur l'expérience qu'ils ont vécue.


Calendrier :
La classe danse n°1 
du 13 au 17 février 2017 pour deux classes de l’école du Mont Blanc 
Une classe de CE1 (25 élèves) et une classe de CE2 (27 élèves)   

La classe danse n°2 
du 3 au 7 avril 2017 pour deux classes de l’école de la Velette 
Une classe de CE1/CE2 (25 élèves) et une classe de CE2 (27 élèves) 


Témoignage et retour de l'enseignante de la classe de CE2 de l’école du Mont-Blanc :
" La classe danse a été un succès pour les élèves qui ont pu expérimenter la danse contemporaine à travers un jeu d'images évocatrice, guidés par Bérengère Valour. 
Les objectifs ont été atteints. 

Durant les ateliers, les élèves étaient très volontaires. Ils ont pris plaisir à danser, sans gène. Le travail en amont en classe a probablement permis de lever les appréhensions et préjugés des élèves. 
En classe, chaque élève a pu construire une trace écrite (les mots de la danse, croquis, dessins, sentiments) dans un petit cahier de danseur. Ces ateliers quotidiens ont donné lieu à un travail oral de qualité dans la classe."