Dans la démarche de création de Yuval Pick, chaque mouvement est une proposition de soi à l’autre. L’échange, la négociation des propositions au sein du groupe créent l’espace commun. La notion d’erreur n’existe pas, on efface rien, on ajoute, on transforme, on se transforme.
Ce stage souhaite offrir une expérience, nourrir l'imaginaire et enrichir le matériel sensible des participants tout en partageant des outils artistiques et pédagogiques pour guider aux mieux les élèves dans leurs expériences créatives.  
À partir de ces fondamentaux, les interprètes de la Compagnie engageront les participants à pratiquer, à explorer, à ouvrir leur imaginaire afin d’expérimenter ces nouvelles approches. Au cours des ateliers, les participants aborderont ces notions comme éléments moteurs de l’apprentissage et comment elles élargissent et donnent de nouveaux horizons de transmission à l’école.  

Inspirés par la pièce Acta est fabula (création 2018), les participants expérimentent comment leur singularitépeut composer du commun. Pour explorer la singularité de chacun nous cherchons des mouvements et des sons autour de la figure du corps – un homme – totem contemporain.
Quels symboles archaïques et contemporains résident en nous ? Comment les communiquer et les partager dans le groupe ?


Pour vivre l’unisson le groupe a exploré la ligne et le cercle – la confrontation et le « faire face » de la ligne, l’ensemble et le rituel du cercle.
Quelles sensations évoquent chaque forme ? Quel dialogue elle crée entre les participants ?


Les participants questionnent également les différentes manières de transmettre pour que chaque élève garde sa singularité et sa créativité en participant à un projet commun.  
Il s’agira de questionner et d’interroger les outils du processus de création de la pièce chorégraphique du Yuval Pick, Acta est fabula. L’objectif sera de composer le groupe en intégrant la singularité et la créativité de chacun pour une composition collective.
Qu’est-ce que l’on dit par le corps ? Comment communiquer par la danse dans le groupe ? Comment assumer le regard de l’autre ?