En résidence du 28 novembre au 09 décembre 2016

Flood est une chorégraphie sur les apparitions et les disparitions. Lorsque quelqu’un pénètre un espace, il y a une réaction d’anticipation immédiate : que va faire cette personne ? Si quelqu’un sort, suspense et curiosité surgissent également : où s’en va donc cette personne ? Quand va-t-elle revenir ?
À travers ces simples actions, la pièce interroge apparitions et disparitions comme un mode dominant d’expérimentation du monde, aujourd’hui, à une époque où l’accélération du développement technologique signifie également la perte de techniques plus anciennes et de croyances ancestrales. Sans parler du déclin précipité de notre environnement naturel.
 

Entre les entrées et sorties, les danseurs interprètent une série de mouvements qui semblent se répéter, mais qui en réalité, sont en constante transformation ; d’anciens fragments de mouvements se perdent et sont remplacés par des nouveaux, versions actualisées du même mouvement. La danse s’accélère comme si des parties du corps étaient projetées à travers l’espace, telles de micro missiles propulsés loin de soi et des autres. Puis elle décélère soudainement, révélant ainsi des détails qui sans quoi auraient été invisibles. Flood examine la prédominance des valeurs « à grande vitesse » et s’interroge sur les possibilités d’interrompre cette tendance à l’accélération, en ralentissant intentionnellement. 
 

Dans une société du tout à jeter, de l’inondation de nouvelles technologies et des mises à jour toujours plus fréquentes, Linehan interroge la culture de la domination du nouveau. En même temps, il considère ce qui disparait et devient superflu, à l’image de nos comportements sociaux et de notre environnement qui se transforment à un rythme toujours plus rapide.


— Daniel Linehan
Il a travaillé comme danseur et chorégraphe à New York, avant de s’installer à Bruxelles en 2008 où il a suivi le Cycle de Recherche à P.A.R.T.S. En tant qu’interprète, Linehan a travaillé, entre autres, avec Miguel Gutierrez et Big Art Group. En 2007-2008, il fut aussi Artiste en Résidence au Movement Research. Dans son propre travail chorégraphique, Linehan cherche à obscurcir, en douceur, la frontière qui sépare la danse de tout le reste.
En 2007, il crée le solo Not About Everything qui, depuis sa première, a été joué dans plus de 50 théâtres du monde entier.Ses projets les plus récents sont Montage for Three (duo, 2009), Being Together Without any Voice(quartet, 2010), Zombie Aporia (trio, 2011), Gaze is a Gap is a Ghost (trio, 2012) ainsi que The KaraokeDialogues 
(septet, 2014).
 En 2015 il a créé la pièce Un Sacre du Printemps avec 13 diplômés de PARTS et 2 pianistes ainsi que dbddbb, une chorégraphie pour laquelle il a créé un langage inventé.
De 2012 à 2014, Daniel Linehan a été Artiste Associé au deSingel Campus des Arts International (Anvers, BE) et New Wave Associate au Sadler’s Wells (Londres, UK). Depuis 2013, il est Artiste-en-Résidence à l’Opéra de Lille. Depuis 2015, Daniel Linehan développe ses projets au sein de sa propre organisation, Hiatus.
Hiatus est subventionnée structurellement par le gouvernement flamand.

Première
24 + 25 février 2017
deSingel Campus des Arts International (Anvers, BE)

en savoir +