En résidence du 2 au 13 avril 2012

Solitudes solo
 représente la suite d’un travail au plus près du corps et qui s’incarnait de façon fulgurante dans la trilogie de l’imperfection (Amour, acide et noix, 2001 - La pudeur des icebergs, 2004 - Crépuscule des océans, 2007) mais consiste en une porte ouverte sur « ce qui se cache encore en dessous ».
Solitudes solo se démarque des créations précédentes par la forme choisie, le solo, où la solitude, s’annonce moins angulaire et aiguë. L’émotion pointe, portée par la musique, et contribue à faire surgir un lyrisme assumé, contrepoint peut-être de toute cette violence technologique qui submerge l’humain d’aujourd’hui. Les protagonistes de l’oeuvre laissent percer leur humanité, même si leurs émotions peuvent souvent donner l’impression d’être retenues voire pétrif iées.

— Daniel Léveillé
(Né en 1952). Chorégraphe, artiste visuel et pédagogue, établi à Montréal. Chorégraphe aux choix esthétiques intransigeants, Daniel Léveillé occupe une place à part dans la danse canadienne. Longtemps à l’écart du marché de l’art qui oblige les artistes à une production régulière et rapide, le succès le rattrapait avec Amour, acide et noix qui lui a assuré une reconnaissance internationale. Les oeuvres de Daniel Léveillé témoignent du désir d’aller toujours au bout d’un point de vue sur l’être humain, la danse, le corps, le monde, la société, quitte à en faire des oeuvres obsessionnelles, provocantes. Ses oeuvres sont des lectures directes et solides du monde et elles conf irment l’insistance de Daniel Léveillé de dire et de nommer au-delà des règles et du bon goût.