En résidence du 10 au 21 avril 2017

Danses à entendre, texte d’Irène FILIBERTI

Il est encore là. Et sur la ligne, il s’apprête. A quoi ? A rejoindre les 60 ans. Une somme, un palier, un chiffre rond. Avec à peine un soupir et une mine de rien, il entreprend, Daniel Larrieu. Et d’en sourire. Oui, c’est encore un défi que d’afficher toujours présent sur la scène publique dans le seul art où il est interdit de vieillir. Et l’on ne parle pas ici seulement des performances physiques du corps dansant mais aussi du sport combien compétitif de la création, de ses moyens sans doute bien plus en déclin que ses pratiquants. Pas de gras pour l’éphémère. L’âge et la danse ne font pas souvent bon ménage. C’est pourtant ce à quoi s’emploie Littéral.  

« Croire dans le mouvement, défier une contrainte extrême ressemble à la soixantaine en nous, observe le chorégraphe. L’idée de dire, cela m’intriguait beaucoup, j’ai eu envie de jouer entre des modalités distinctes, la perception et la description, le code des gestes et celui des mots. Et de tester l’équilibre entre discours et ressenti. »

— Daniel Larrieu
Chorégraphe, né à Marseille, arrive à Paris à 21 ans, crée sa compagnie Astrakan à 24 ans, traverse la vague des années 80.
Dirige le CCN de Tours neuf ans et puis s'en va pour retrouver sa compagnie à Paris. Il dessine, photographie, réalise, accompagne, s'engage, aime aussi danser pour d'autres et faire des expériences nouvelles.
En 2016, il crée une installation numérique à danser pour les enfants Flow 612.
Il retourne vers l’interprétation pour Pierre Pontvianne – – et pour Thomas Lebrun – Avant Toutes Disparitions.
 
Il produira une nouvelle pièce chorégraphique en 2017, pour ces 60 ans autour de trois pièces dansées sous le titre Littéral.


Premières :
14 et 15 juin 2017 : Théâtre Olympia - Centre Dramatique Régional / National de Tours,
dans le cadre du Festival Tours d’Horizons organisé par le CCN de Tours