Nos désirs font désordre, formule linguistique empruntée aux mouvements des libérations sexuelles dans les années 70, est une pièce qui place nos désirs communs face à la nécessité d’une retenue individuelle. Car l’assouvissement et la quête de nos désirs incessants mènent l’humain à sa propre perte, dans un désordre mondial et surtout une machine globale qui ne cesse d’avancer sans pouvoir s’arrêter. La collaboration atypique avec l’artiste Brésilien Fabio Motta, qui tour à tour va enlacer les danseurs de cordes et de fleurs, rituel qui va contraindre pour révéler l’essentiel du mouvement, sa nécessité profonde. Cette pièce nous rappellera au combien nos libertés d’expressions et de mouvements ne sont qu’éphémères et précieuses, et que malgré la contrainte, la liberté si elle est intimement liée au désir peut trouver sa place.