En résidence du 08 au 19 juin 2015
Programme "Matières premières" en résonance au projet ECUMe

Moksh
Une quête pour le salut

« Nous vivons dans un monde de croyances et de rituels créés par l’homme
lui-même. Dans notre quête vers l’inconnu, nous sommes prêts à nous abandonner sans réserve. Parole sainte, chants, instruments sacrés, pratiques, sacrifices… 

Qui nous a inculqué ces rituels ?  Vont-ils nous ouvrir les portes vers «l’être supérieur» ? Dans son cheminement, un ascète, fidèle de Lord Shiva, doit dicter à son esprit,
son corps et son âme la stricte discipline religieuse du Tapasya*
Se libérer soi-même de l’esclavagisme humain, et atteindre le Moksha**, devenir l’un des êtres suprêmes, Shiva. Mais cette discipline semble être vaine. Il est finalement livré à lui-même, vide, avec pour seule compagne sa foi. Où ce vide le mène-t-il ? Est-ce l’aboutissement de sa recherche ? Y-a-t-il une réponse à tout cela ? Ne sommes-nous finalement pas tous en quête d’un tel cheminement ? » Pour ce solo, Bertwin a décidé de connecter la danse contemporaine et le Yakshagana, une danse traditionnelle indienne.Le Yakshagana est une forme ancestrale de théâtre dans laquelle les mythes hindous sont racontés en dialogues dansés et accompagnés par de la musique.
Ce type de mythologie a un lien très fort avec la ruralité et la nature indienne.

* Un tapas ou tapasya est un exercice qui cherche à maîtriser les sens et les passions et aussi à brûler le karma pour s’approcher du moksha, la libération. Le jeûne ou la restriction partielle de nourriture, des méditations importantes sont des actes qui permettent d’illuminer l’âme.
** Moksh
ou Moksha désigne, dans l’hindouisme et le jaïnisme, la libération finale de l’âme individuelle ou du cycle des renaissances. Le moksha est en quelque sorte l’équivalent hindou du nirvana bouddhique.

— Bertwin D'Souza

Né à Bombay en Inde, Bertwin a commencé sa carrière de danseur à la Terence Lewis Contemporary Dance Company (TLCDC) en 2001 et en est, depuis, un membre essentiel. 
Chorégraphe et directeur de répétition, il a pris part à plus de 150 spectacles et projets chorégraphiques en Inde et à travers le monde entier. En 2012 il participe au projet ECUMe, une formation pour jeunes chorégraphes de l’Océan indien et rencontre ainsi Yuval Pick. 
En 2014, Yuval Pick l’invite en résidence de création au CCNR.


Programme Matières premières au CCNR
en savoir +

Le projet ECUMe
Imaginé en 2012 par les TEAT Champ Fleuri | TEAT Plein Air pour soutenir la jeune création dans l’Océan Indien, le programme ECUMe a permis à 10 jeunes chorégraphes de suivre une formation de 3 ans. Yuval Pick les a accompagné tout au long de ce parcours. 
en savoir +